Auliac – Le Youdec au diapason

L’exposition d’été, organisée par la ville de Sarlat, est consacrée à l’univers foisonnant de deux sculpteurs de renom : Gérard Auliac et Thierry Le Youdec.

Sous les remparts du Château de Montfort

Depuis sa grotte « atelier », sous les remparts du Château de Montfort, Gérard Auliac aimait les « flâneries » intérieures et les voyages au pays de l’homme.
Si la sculpture du Badaud, désormais emblématique de Sarlat, a des allures moyenâgeuses, ce n’est pas le fruit du hasard, mais de la volonté d’un artiste qui n’a eu de cesse de relier l’homme avec son histoire et ses racines, pour mieux le projeter dans un avenir digne de sa vocation. Pour Auliac d’ailleurs, le badaud et ses autres créations visaient davantage à « sortir » l’homme de son siècle, quel que soit ce siècle, pour le re-dimensionner à la hauteur de son esprit et de sa nature atemporelles.

Sous les remparts du château de Hautefort

En 1990, Thierry le Youdec professeur de philosophie dans des institutions au pied de la Tour Eiffel et de l’Arche de la Défense, apprivoise la terre et la pierre pour laisser parler ses mains et son imaginaire… du naturel au sur-naturel.
Il a alors 34 ans, l’âge qu’avait Gérard Auliac lors de leur rencontre « coup de foudre » à Montfort, 8 ans plus tôt, qui fut suivie de bien d’autres chaque été.
Le hasard n’est souvent que le « faux nez » de la destinée ! En 1991 il ose présenter à Auliac une de ses premières œuvres : un « joueur de harpe celtique ». Non seulement celui-ci l’encourage à persévérer, mais il lui achète son musicien !
Après quelques expositions concluantes à Paris, le philosophe saute le pas et s’installe en 1995 comme sculpteur sous les remparts d’un autre château du Périgord Noir : Hautefort.

Hommage à deux sculpteurs de l’âme et de la nature

Depuis 2009 Auliac a quitté la terre et ce Sarladais où il avait pendant plus de 30 ans taillé le noyer et le buis, avec un immense talent reconnu par-delà les frontières. Thierry le Youdec a rejoint en 2010 sa Bretagne natale et les rives du Golfe du Morbihan, d’où il a conforté son propre rayonnement.
En pénétrant les salles de l’Ancien Evêché, les visiteurs et amateurs d’art découvriront l’univers foisonnant de deux artistes au diapason, « hors temps » et hors mode, serviteurs du figuratif comme de l’expression symbolique.
Bien qu’il s’agisse d’une relation de profonde estime et d’amitié entre les deux sculpteurs, et non d’un rapport de maître à élève, d’autant qu’Auliac taillait le bois et modelait le plâtre, tandis que la terre et parfois la pierre sont les matériaux de prédilection de Thierry Le Youdec, la filiation est cependant certaine. Elle s’incarne dans leurs évocations du « vivant » : sereine, poétique, sensuelle, sacrée ou ironique.
L’exposition, ponctuée de « Nocturnes au diapason », sera également l’occasion de découvrir de nombreuses œuvres originales en bronze éditées par les sculpteurs, et de comprendre la fascinante alchimie qui conduit à « la naissance d’un bronze », à partir d’une création en plâtre ou en terre. Bienvenue dans cette grande exposition d’été riche en vitalité, douceur et force créatrice !

Exposition «Auliac-Le Youdec au diapason» ouverte du 17 juin au 15 août 2017, de 11h à 13h et de 16h à 19h30 – Entrée libre.

Ce contenu a été publié dans Evénements. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *